Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BD roman graphique

  • Soixante printemps en hiver

    Soixante printemps en hiver.jpg

    Aujourd'hui, Josy a soixante ans. Son mari et ses deux enfants s'apprêtent à fêter son anniversaire, comme d'habitude. Ce qu'ils ne savent pas encore, c'est que Josy a décidé de partir, de quitter mari et maison.

    Son couple n'en est plus un à ses yeux depuis longtemps, sa vie a pris une tournure qui ne lui convient pas du tout, elle s'est perdue elle-même de vue dans une routine sans intérêt.

    Elle part dans un van à peine aménagé, droit devant elle, sans but particulier, accablée de reproches par une famille qui voit là un caprice, sans lui poser la moindre question sur son mal-être et ses motivations profondes.

    Le hasard fait qu'elle s'installe auprès de la caravane de Camélia, maman d'un adorable petit Tom. Camélia est une jeune femme dynamique, combative, qui ne se laisse pas facilement intimider. Son aide et son soutien seront précieux pour Josy.

    Et puis il y a la rencontre avec le club des Vilaines Libérées où elle va découvrir une certaine solidarité féminine dont elle a bien besoin. Elle y fait la connaissance de Christine, qui va jouer un rôle inattendu dans sa nouvelle existence.

    Mais prendre sa liberté après une vie aux services des autres n'est pas si facile. Josy est déchirée entre son besoin d'indépendance et le discours culpabilisateur de sa famille qui la harcèle pour qu'elle revienne. Elle doute du bien-fondé de sa décision. Se sacrifiera-t'elle une nouvelle fois pour eux ou osera-t'elle aller au bout de sa démarche ?

    Un album qui me séduit à la fois par le graphisme et l'histoire, ce n'est pas si fréquent. L'histoire de Josy est pleine d'émotions, d'anxiété, d'incertitudes, de tendresse aussi et tournée vers un avenir plus vivant. Elle est attachante dans sa soudaine hardiesse ou son accablement devant ce qu'elle a déclenché.

    Les dessins sont beaux, dans des couleurs douces, l'âge de Josy n'est pas montré comme une catastrophe, mais plutôt comme l'opportunité de commencer une nouvelle tranche de vie, plus en harmonie avec ce qu'elle est devenue.

    Un album sensible et émouvant.

    L'avis de Cathulu Noukette

    Ingrid Chabbert - Aimée De Jongh - Soixante printemps en hiver - 160 pages
    Editions Dupuis - 2022

  • Ne m'oublie pas

    41S1Ncu367L._SX195_.jpg

    La grand-mère de Clémence, Marie-Louise est atteinte de la maladie d'Alzheimer. Placée en établissement, elle vient de fuguer pour la troisième fois. La directrice n'en tolèrera pas une quatrième, il va falloir passer à un traitement chimique fort.  Visite après visite, Clémence ne supporte pas de voir sa grand-mère s'effacer de plus en plus et sur une impulsion, elle prend la fuite avec elle, déterminée à l'emmener revoir sa maison d'enfance, au bord de la mer.

    Marie-Louise a 20 ans dans sa tête, veut rentrer à la maison familiale, persuadée que ses parents l'attendent avec inquiétude.

    Clémence sait qu'elle a mal agi et réalise en route qu'elle ne sait pas vraiment dans quoi elle s'est embarquée, avec une malade imprévisible et fragile. De plus, elle ne sait pas précisément où est la maison en question.

    Sur cette trame qui pourrait tirer sur le tragique et les larmes, le périple est raconté avec beaucoup de tendresse et un bon grain de folie. Marie-Louise a des moments de lucidité qui favorisent les échanges sur le passé et éclairent les relations entre trois femmes, grand-mère, mère et fille, toutes confrontées à des situations différentes.

    Les dessins sont pleins de douceur, certaines scènes sont sans dialogue et se suffisent à elles-mêmes.

    Un album touchant, à ne pas manquer. Il a obtenu le prix France-Culture Etudiants BD 2021

    L'avis de Pativore et Philisine

    ne_m_oublie_pas_p15.jpg

    Alix Garin - Ne m'oublie pas - 224 pages
    Editions Lombard - 2021