Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'eau rouge

L'eau rouge.jpg

"Tous deux vivent avec la ferme conviction que, s'ils se tiennent à distance des problèmes, les problèmes garderont leurs distances vis-à-vis d'eux".

L'histoire commence en 1989, à Misto, petit port sur la côte dalmate, non loin de Split. Jakov et Vesna mènent une vie sans histoire avec leurs deux enfants, deux jumeaux Mate et Silva.

Lorsque Silva, 17 ans, leur annonce qu'elle sort, ils ne relèvent pas la tête, sans savoir qu'ils ne la reverront pas. Elle disparaît sans laisser de trace. C'est une fille joyeuse, remuante, elle se rendait à la fête des pêcheurs, comme tout le village.

Les policiers débarquent et commencent à enquêter. Qu'a-t'il pu se passer durant la soirée ? Certains l'ont vue, d'autres taisent ce qu'ils savent. Vesna est folle d'inquiétude et pousse Jakov et Mate à mener l'enquête de leur côté. Elle n'a pas confiance dans la police.

Chaque chapitre est consacré à un personnage, ce qui nous permet de suivre les pensées des uns et des autres, leur désespoir, leur loyauté envers Silva, même si ce que le père et le frère découvrent est loin de correspondre à l'idée qu'ils se faisaient de la jeune fille.

Je dirais que c'est plus un roman noir qu'un polar. Certes l'histoire se déploie autour de la disparition de Silva, mais il y a aussi les états d'âme de l'enquêteur, la stupéfaction de tous lorsque la guerre éclate, faisant exploser le pays qu'ils connaissaient.

Les années de guerre passent, façonnant un pays tout différent, la Croatie. Jakov et Mate reprennent leurs recherches, même si Mate s'est marié entre temps. Le couple de Jakov et Vesna n'a pas résisté à cette quête sans fin. Il n'y a pas que la famille qui continue à s'interroger. L'enquêteur a été empêché de continuer ses investigations en 1989, il n'était pas dans la bonne ligne politique. Il reprend le dossier sous une autre casquette, n'étant plus policier.

J'ai été captivée par ce roman à l'intrigue solide, bien construit, avec comme toile de fond la guerre et ses destructions et lorsqu'elle est finie, les ravages dûs à l'argent facile. Le petit port de pêche fait l'objet comme bien d'autres de projets touristiques mirifiques qui détruisent tout un mode de vie et un paysage, mais auxquels bien peu résistent.

J'ai apprécié également l'habileté avec laquelle l'auteur nous mène dans de fausses directions, révélant petit à petit des facettes de Silva et un dénouement loin de ce que l'on pouvait envisager au départ.

Un auteur que je relirai sans hésiter.

L'avis d'Alex

Jurica Pavicic - L'eau rouge - 358 pages
Traduit du croate par Olivier Lannuzel
Agullo - 2021

Commentaires

  • J'espère qu'il t'intéressera autant que moi.

  • En tout cas, c'est une bonne lecture.

  • Ton résumé est intéressant et un auteur croate que je ne connais pas, donc je l'inscris dans la liste.....
    J'ai sous le coude "la carte postale" de Anne Berest,je lis de bons avis.

  • J'ai lu "la carte postale" en deux-trois jours. Je n'arrivais pas à le lâcher, c'est très prenant. Je pense faire un billet prochainement.

  • J'ai beaucoup aimé ce court roman !

  • Comme je l'ai dans ma PAL depuis un bon moment, je pense le garder jusqu'au mois de mars pour le mois de l'Europe de l'est. Ton avis m'encouragera à le sortir !

  • Je serais étonnée qu'il ne te plaise pas !

  • Je vais suivre l'auteur de près, c'est vraiment un bon. J'espère que d'autres traductions vont suivre.

  • Bonjour Aifelle, je tourne autour depuis un moment, pourquoi pas? Surtout un roman policier croate. Bonne journée.

  • Ne tourne plus, arrête toi ! Et ça nous change des polars lus habituellement, avec la Yougoslavie en guerre. C'est instructif de suivre l'affaire avant, pendant et après la guerre.

  • Plus un roman noir qu'un polar ? Ce pourrait bien être ma première incursion en littérature croate, je le note.

  • On a envie bien sûr de savoir ce qui est arrivé à Silva, mais j'ai été autant captée par le contexte. Au début on sent bien que la période est troublée, les uns et les autres commencent à se positionner autrement, sauf ceux qui s'imaginent que les choses s'arrangeront ; la période de la guerre est détaillée, avec ses horreurs, son absurdité. Puis la suite où il faut à nouveau s'habituer à un monde qui n'a plus rien à voir avec l'ancien. Les conflits familiaux sont exacerbés, tous n'ont pas opté pour le même camp. Je me souviens évidemment des actualités que l'on entendait tout au long de ce conflit, c'est intéressant de le voir raconté de l'intérieur.

  • J'espère qu'il vous intéressera autant que moi.

  • non seulement il m'intéresse mais voilà j'ai mis la main dessus grâce à toi chouette !!
    j'aime bien lorsque les polars ou thrillers mêlent petite et grande histoire, les Balkans ça me fascine depuis longtemps et j'ai lu autour mais pas suffisamment
    Comme toi j'ai lu d'une traite la Carte postale : on s'en reparle :)

  • Ah chouette, j'attends ton avis avec impatience ! Pour la carte postale, j'ai l'intention de faire un billet. J'aurais préféré le faire "à chaud" mais je tiens à en parler quand même (je l'ai lu en août, à sa sortie). Je suis heureuse qu'elle ait eu le prix Renaudot des lycéens, après la lamentable polémique du Goncourt.

  • Rendez-vous en mars alors.

  • Il te faudra patienter encore. Il n'est sorti qu'en mars de cette année.

  • Ooh un roman croate, c'est assez rare sur mes étagères pour que je passe à côté, en plus il a l'air de valoir le détour !

  • Il le vaut c'est vrai. C'est un auteur à suivre.

  • Un sujet assez banal pour ce genre de roman mais ce que tu en dis donnes un autre dimension je note.

  • Ah c'est toi Manika ! Je crois n'avoir jamais lu encore de roman qui se passe pendant la guerre en Yougoslavie ; celui-ci est réussi et l'intrigue bien menée.

  • Laisse toi tenter, c'est franchement un bon livre. (il a eu plusieurs prix, même si ce n'est pas une garantie ..)

  • Voilà une idée de lecture qui change, un nouveau pays littéraire à découvrir. Et tu donnes bien envie de lire ce roman !

  • Tant mieux, il mérite d'être largement lu.

  • Bien tentée. Ce genre d'intrigue captive bien en général et là, il y a en plus le contexte historique !

  • Oui, les deux ensemble sont très intéressants et c'est bien raconté.

  • Une découverte pour moi aussi, c'est son premier roman traduit en français.

  • Comme toutes les guerres ; beaucoup de dégâts humains pour le plus grand profit de quelques uns.

  • Je l'ai lu cette été et j'ai beaucoup aimé moi aussi ! tu as raison c'est surtout un roman noir...

  • Je connais peu la littérature des pays de l'ex-Yougoslavie. C'était une excellente surprise.

  • C'est du très bon, alors si un jour tu veux relire du noir, vas-y ..

  • Il est très tentant, pourtant la couverture pourrait faire croire à un truc bas de gamme.... Je le retiens donc.

  • Je vois ce que tu veux dire pour la couverture, moi même je ne l'avais pas remarqué à sa sortie. Heureusement, les excellentes critiques m'ont fait jeter un oeil et je ne l'ai pas regretté.

  • Je viens de le terminer. Et je ne regrette pas de m'être laissée séduire par ton avis ! Merci !

  • Ah tant mieux, c'est un roman que l'on n'a pas assez vu sur les blogs je trouve. Je guette le suivant avec curiosité.

Écrire un commentaire

Optionnel